Maison de papier

Le moment maçonnerie est terminé depuis le mercredi 26. L’odeur de béton a cédé la place à celle du bois, de la sciure et des copeaux. Nous ne sommes plus que deux sur le chantier, Matthieu, le charpentier et concepteur du mode constructif de notre ossature bois, et moi, maître d’ouvrage, maître d’œuvre, manœuvre et apprenti. En six journées, mais très longues et très denses, nous avons terminé la dalle de notre maison.

Livraisons… Ici les poutres en I :

Fixation et ajustement des muraillères, le long des murets de parpaings, comme leur nom l’indique, sur lesquelles reposera la structure :

Pose des poutres en I, tous les soixante centimètre, et de l’évacuation des eaux usées. Notre vide sanitaire nous a paru monumental, mais il est au fond minimaliste : comme nous n’avons pas touché à la pente du terrain, on y entre, au Sud, à quatre pattes, et on n’accède au Nord qu’en rampant. Autant donc s’occuper de ces petits perçages et collages avant de refermer… Surtout, ces évacuations, mais aussi les arrivées de réseau et l’entrée d’air du poêle, il faut bien que tout cela traverse la paroi, et avec une étanchéité parfaite… Au moment de poser les panneaux d’OSB au fond des poutres, nous avons donc pratiqué ces ouvertures, passé tuyaux et gaines puis patiemment jointé avec du caoutchouc synthétique, EPDM (éthylène-propylène-diène monomère) pour les intimes, du silicone et du scotch d’isolation – le tout bio, naturellement.

Nous avons encore ajouté des étrésillons au milieu de la structure, pour la rigidifier, avant de poser la ouate de cellulose : un recyclage de papier mâché puis séché, qu’une machine décarde et insuffle :

La deuxième demi-journée d’insufflation, nous n’avons pas oublié les masques… Un peu moins de trente centimètres d’isolation sur un peu moins d’une centaine de mètres carrés, ça représente tout de même une bonne tonne de matière : trois palettes de trente-cinq ballots de dix kilos y sont passées. Servir la machine n’est pas de tout repos, en revanche la situation à l’autre bout du tuyau est très agréable, un jeu de patience dans un bruit de souffle neigeux. On forme de la sorte dans chaque couloir un andain dépassant les poutres d’une vingtaine de centimètres, qu’on tasse ensuite, racle pour ôter l’excédent puis tasse à nouveau, avec cet outil : un râteau, un bout de panneau, un autre de chevron, quelques vis, et voilà quelque chose qui ressemble fort à un simoussi de saunier.

Ce jeudi, 15 h.

Quoi qu’il en soit, nous avons réalisé, très concrètement cette fois, que notre cabane à ouate serait aussi une maison de papier, ce qui est un juste retour des choses, pour une conservatrice des bibliothèques, un relecteur et deux lectrices dévoreuses. Non pas faite de livres maçonnés comme des briques – l’histoire de ce bibliophile devenu fou pour avoir perdu son inventaire, dans le roman de Carlos María Dominguez –, mais bel et bien farcie, dessous, dessus et autour, de papier trouvant une deuxième vie, davantage à la manière d’un autre petit livre.

Après quoi, pose du frein-vapeur, qui entourera lui aussi tout l’intérieur de la maison, bien tendu par des agrafes et jointé par le scotch d’isolation. Chaque trou d’agrafe est refermé de la même manière : dans un bâtiment très étanche, la condensation cherche le moindre trou pour s’y accumuler et créer des dommages. De retour de l’école, les petites mains des filles ont été très utiles – elles qui demandent toujours comment aider, pas évident près d’une scie radiale, circulaire ou sauteuse – pour détacher le film protecteur de ce scotch.

Ce jeudi toujours, 17 h.

Vendredi, 10 h. Puis rangement et nettoyage du chantier.

Nous avons eu beaucoup de chance avec la météo depuis le début, mais les choses devant se gâter ce dimanche, il a fallu non seulement bâcher les matériaux mais tout le plancher lui-même, de quoi s’occuper un samedi après-midi, mais pas avant de tester ce magnifique plateau avec quelques passes de capoeira.

 

 

 

Previous Entries Prométhée déchaîné Next Entries Troisième dimension

2 thoughts on “Maison de papier

  1. Olivier on said:

    petit passage sur votre blog, bravo pour les progrès réalisés ! Je me disais aussi que vous étiez aidés par la météo clémente. bisous à tous, Olivier

  2. fraysse on said:

    Salut Olivier !
    Oui, voilà que ça change… mais on espère quand même lever dans la semaine prochaine…
    Bises à vous 5,
    Mélanie

Comments are closed.