Rétrospective

Toujours moins actif sur ce blog, mais il ne se passe pas rien… Juste après le dernier post, fin mai dernier, le consuel est passé – la terreur des autoconstructeurs : l’homme ou la femme de l’art qui validera ou non la conformité et la sécurité de votre installation électrique. Et très aimable et intéressé par notre projet, il a signé le petit papier qui nous a permis de ranger nos cent mètres de rallonges depuis le compteur de chantier et allumer la bouilloire sans crainte, article qui s’est révélé très utile pendant deux mois sans eau chaude.

Après quoi, dans l’ordre, l’habillage des chambres s’est continué, deux mezzanines sont apparues dans celles des filles, raccord et mise en service du chauffe-eau, trois déménagements intérieurs, rangements extérieurs, pose de la mosaïque de notre amie Jacqueline et du carrelage dans la salle de bains, passages estivaux d’amis et d’une partie de la famille, trois portes pour trois chambres, ossature et étagères du gourbi, aménagements de placards, fumisterie et pose du poêle, premières flambées, achat d’un extincteur et de détecteurs, quatre nouveaux petits arbres, cinq stères de chêne stockés, enfin ces deux derniers mois, bardage au sud et au nord. Pendant l’automne, j’ai aussi participé à un chantier de l’ami Camille, qui m’aidera en retour sur la maçonnerie de la phytoépuration et les enduits des pignons, une fois l’arrangement du terrain réalisé : voilà pour le programme des mois à venir.

L’été dernier, la salle de bains.

Le gourbi, ou arrière-boutique : ossature et étagères.

L’enduit d’une chambre, pas encore sec.

L’entrée, aux dimensions de deux petites portes fabriquées pendant la formation de menuisier, et un coin de chambre.

Enfin le bardage sud, côté terrasse, fin janvier, puis côté nord, samedi dernier.

 

 

Et puis, dans le tas, aussi un peu travaillé à d’autres chantiers, notamment ce nouveau site : le salon du tiroir. Un peu d’autopromotion…

 

Previous Entries Mon conseil minceur avant l'été ? Next Entries Something Against Phyto